Les trois âges de la femme

Mon âme pleine de suie
Palpite fragile et noire
Echouée dans mon lit
Parmi les nénuphars
Comme la jeune Ophélie

J’expose mon corps sans fard
Le premier des trois voiles
Que j’enlève est ma peau

Rêche et froissée comme une toile
Elle se défait en larges lambeaux
Le voile d’après beaucoup plus fin
Libère mes yeux, puis libère mes seins
Le dernier est un grimoire
Où j’ai du mal à déchiffrer
Le cycle vain de mon histoire

Je suis seule. Triste. Eveillée.

Les Trois Grâces sculpture
Les Trois Grâces

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :