COVID19 : NOTRE VIE, ENTRE UTOPIE & DYSTOPIE…

Dans Le Figaro magazine de ce week-end, on trouve un article sur « Le grand déclassement ». Il m’a rappelé un livre, sorti en France en 1987, qui a changé ma façon de voir le monde : « La névrose de classe », du sociologue V. de GAULEJAC. Il y est question de la souffrance particulière que peuvent connaître tous ceux qui sont ou qui se sentent « déclassés » par rapport à leur famille (aïeux, parents, sœurs aînées…). Il en est ainsi, par exemple (l’exemple est de moi) du commercial dont la mère appartient à la grande bourgeoisie, et dont le père est – mettons – Préfet… Plus aucune envie dans ce cas, pour ces «descendants» – au sens littéral du terme – de participer aux mariages et autres célébrations réunissant le clan! Et, on les comprend…
Mais, beaucoup plus riche en enseignements : il apparaît que souffrent aussi de cette névrose, les personnes qui connaissent une trop forte et/ou trop rapide ASCENSION SOCIALE! Et, c’est là que cela devient réellement intéressant.
En nous mettant dos au mur, en nous confrontant à nos propres limites, tant individuelles que collectives, l’actuelle pandémie – véritable expériment existentialiste – va multiplier ces deux types de névrose (de descension comme d’ascension) à un niveau jamais atteint auparavant : d’ici quelques mois ou dans un an, on pourra même parler de NÉVROSPHÈRE, nouvelle couche de Gaïa, notre Terre nourricière… Ainsi, l’Allemagne, qui en Europe semble avoir «réussi sa pandémie», n’échappera pas à une névrose collective d’ascension. Ni la Corée du Sud, si souvent donnée en exemple ces dernières semaines. Ou alors les éboueurs, les caissières et les livreurs, qui seront tous en proie à cette invraisemblable névrose d’ascension qu’on n’imaginait pas du temps des gilets jaunes, il y a à peine quatre mois… Ce qui est encore plus cocasse : cette névrose d’ascension pousse ceux qui l’éprouvent et qui aujourd’hui sont tous en première ligne tels de vrais héros, à s’auto-isoler : c’est la fameuse distanciation sociale appelée de leurs vœux par les gouvernants du monde entier. En effet, quand on connaît une ascension fulgurante, on se sent ILLÉGITIME : on cherche alors à se cacher, à fuir ses semblables, à les éviter en tout cas, même si on dispose soudainement des moyens matēriels nécessaires pour côtoyer les élites médiatiques établies. On peut aussi appeler cela “la névrose du footballeur”! Ainsi, plutôt que de s’acheter un bel appartement dans un hôtel particulier avenue Foch à Paris, on préfère s’offrir une vaste villa à Rambouillet, là où l’on ne craint pas de croiser au quotidien ceux de “la haute”, dont on ignore les codes, même si on les surclasse en fortune! On craint le faux pas, on a peur d’être “mis à nu” et dénoncé comme intrus ; cela rappelle des cauchemars récurrents chez certains adultes, qui ratent leur Baccalauréat en rêve tous les mois, alors qu’il l’ont eu haut la main des années auparavant. De cette peur, de cette angoisse, de cette terreur naît une irrésistible tentation : s’enfermer, s’entourer de murs afin de devenir invisible pour la société. Ainsi, nous pourrions voir apparaître dès la fin du confinement :

  • des « murs de Berlin”, en Corée du Sud,
  • une frontière séparant les deux Allemagne (comme entre les deux Corée, justement),
  • des caissières retranchées dans des villas de luxe,
  • des éboueurs s’adonnant à contrecœur à la chasse à courre ou tentant d’imiter les golfeurs,
  • des livreurs habillés en gentlemen farmer…

Pour finir, je ne saurais ni comment, ni où classer ces grands professeurs de médecine devenus des «anim-mandarins» télé!


DERNIÈRE MINUTE – Une nouvelle collection de best-sellers sort cet été en librairie, VIVA LA VIDA : HISTOIRES VRAIES DE PANDÉMIE Les trois premiers titres sont déjà prêts! Il s’agit de :

  • Mon Livreur, ce héros ;
  • Éboueur et fier de l’être ;
  • Ma Caissière bien-aimée.

Grâce au futur Goncourt, qui est dans la poche, de même qu’à d’autres prix moins connus, EDI-COVID19, l’Éditeur luxembourgeois s’attend à des ventes colossales, et les Auteurs à des droits en rapport…
Alors, Bonnes ventes & Bon vent, une nouvelle pléiade est née!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :