Vienne, ville impériale

Schloss Belvedere, Vienne

Même pressé, le voyageur qui découvre Vienne comprend d’emblée qu’il a là, à portée de sensations, une ville-monde qui autrefois, comme Rome ou Madrid, contrôlait un empire. Klimt et Freud, Mozart semblent encore présents : on dirait que la neige fraiche qui crisse sous nos pas est la même que celle dans laquelle ils ont marché la veille. Vers la cathédrale St. Stefan, vers le Ring ou bien vers l’Opéra. Et puis, Maximilien, l’empereur qui chaussait du 64 (sic) domine le Ring, lui qui a transformé un petit manoir en ce qui est aujourd’hui le château de Schönbrunn, ou l’on peut dîner comme Franz Joseph, le frugal empereur de l’Autriche. Et où l’on peut écouter le Beau Danube bleu, joué avec la fougue que l’on devait avoir lorsque Sissi animait cette ville magistrale.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :